Le bonheur de se sentir vivant ! 

Sur ce blog, je vous ai déjà proposé une « rencontre » avec l’Art-thérapie grâce aux explications de  Laëtitia Decque. Art-thérapeute certifiée (pour relire l’article), puis nous avons découvert la réflexologie grâce à Raphaëlle Semet, réflexologue (pour relire l’article)…

Aujourd’hui, je vous propose de souhaiter la bienvenue à Karin Orins, Sophrologue Caycédienne, qui, au travers de son parcours de réparation, a découvert la sophrologie jusqu’à en faire son métier. Permettre à autrui de ressentir un mieux-être en profondeur, de se reconnecter à « la dignité de la vie », c’est ce qui motive Karin chaque jour et c’est avec cette générosité qu’elle partage avec nous un peu de son histoire de vie et en quoi la sophrologie peut permettre aux victimes de violences sexuelles de se réparer.

Merci Karin !


Karin a 48 ans, elle habite à Lille. Elle est maman de 2 enfants, une fille de 9 ans et un fils de 8 ans, porteur d’un polyhandicap.


Quand la sophrologie permet de se reconnecter à son corps…

Ma rencontre avec la Sophrologie Caycédienne remonte à 2001, alors que je suis en recherche d’une méthode de connaissance de soi réconciliant les dimensions psychologique et corporelle.

– En effet, vers l’âge de 16 ans, je tombe sous le charme de la psychanalyse, particulièrement la psychologie des profondeurs de Carl Gustav Jung, qui met en lumière les racines communes de l’humanité à travers les notions d’archétype et d’inconscient collectif.

– A 19 ans, je m’ouvre à la spiritualité, au bouddhisme en particulier, qui m’apporte encore aujourd’hui, par une pratique quotidienne, la force vitale pour affronter les difficultés de la vie de façon sereine et positive…

– A 21 ans, parallèlement à mes débuts en tant que conceptrice-rédactrice dans le service communication d’une grande société de VAD, et alors que j’expérimente une répulsion de plus en plus préoccupante et inexpliquée pour mon corps et pour toute forme de relation physique, j’entame une psychanalyse jungienne, avec le secret espoir de pouvoir un jour devenir moi-même psychanalyste… Celle-ci, basée sur l’interprétation des rêves, durera au total 7 ans !

– Au bout du compte, à 28 ans, je retrouve le souvenir d’une agression sexuelle dont j’ai été victime à l’âge de 14 ans et demi et que j’ai tue sur le moment, par peur et par honte, puis finalement oubliée… du moins en apparence, car mon corps, lui, s’en rappelle et ne supporte plus aucun contact… Après cette prise de conscience, mes sens se réveillent progressivement et j’éprouve des difficultés à gérer mes réactions. Je ressens beaucoup de violence réprimée et un manque affectif croissant qui se manifeste par des crises compulsives…

C’est à ce moment que je décide d’abandonner la psychanalyse pour me former à une méthode capable de réconcilier mon esprit et mon corps, de les faire se rencontrer dans la douceur et l’accueil bienveillant, et que je découvre la Sophrologie Caycédienne.

Celle-ci, dans un premier temps, me permet de prendre conscience de la présence de mon corps, de le reconnaître par sa forme et son mouvement, par l’activation de chacune de ses parties et par l’apprentissage de la maîtrise de la respiration, de la relaxation et du lâcher-prise, par un entraînement régulier à la « vivance » des sensations corporelles, puis des émotions et sentiments qui en découlent… j’accomplis une véritable exploration de mon univers intérieur, de mon schéma corporel, de ce microcosme rassemblant les plus petites unités de ce qui me constitue en tant qu’être vivant, et je commence à ressentir subtilement du respect vis-à-vis de cette entité matérielle faite de chair et de sang qui, somme toute, constitue mon unique véhicule pour traverser cette existence présente, et que je considère aujourd’hui comme mon meilleur ami (je rajouterai : autant qu’une amitié destinée à durer, il s’agit de savoir l’entretenir !)

Dans un second temps, je fais apparaître les valeurs profondes, les capacités, puis le potentiel constituant mon identité, à travers une prise de conscience de plus en plus large de mon être, en réunissant et harmonisant corps et esprit, et en apprenant à me projeter librement dans l’avenir, à rechercher dans le passé mes ressources au travers des souvenirs positifs qui m’ont aidé à grandir, pour enfin faire émerger cet espace intérieur de liberté à l’origine d’un dialogue conscient de ma vie avec toutes les parties qui la constituent, et qui me permet de mieux vivre les relations avec le monde extérieur.

Après avoir effectué un véritable travail en profondeur de plusieurs années durant lesquelles j’ai retrouvé la confiance et l’estime de moi-même, une relation sereine et harmonieuse avec mon corps, ce qui m’a même permis de débloquer une stérilité d’origine psychologique, j’ai pu expérimenter 2 grossesses et l’arrivée inattendue de mes 2 enfants, dont mon fils atteint d’un handicap lourd… avec une première année de vie sur la corde raide… une plongée dans l’amour et la dévotion à travers l’apprentissage de la maternité et l’accueil inconditionnel de la différence… suite à quoi j’ai décidé de transmettre cette merveilleuse méthode… d’abord avec des adultes, puis avec des enfants de maternelle, primaire et collège, par des interventions dans les écoles et collèges de la ville…

Comme je viens de l’évoquer, j’ai expérimenté moi-même la sophrologie comme méthode d’accompagnement et de restauration de l’estime de soi en tant que victime de violences sexuelles… La pratique de la relaxation, la libération des tensions autant corporelles que psychologiques par le souffle et l’activation de l’énergie corporelle par la maîtrise de la respiration, permet en effet de s’ouvrir progressivement à un état de conscience facilitant l’écoute et l’accueil bienveillant, sans a priori et sans jugement, des sensations et phénomènes qui se présentent… Puis, par l’exercice consistant à activer la présence des cellules du corps et à créer un dialogue régulier avec elles, il devient possible de communiquer et diffuser des sensations agréables destinées à se transformer en sentiments de bien-être et de bonheur vital… autrement dit à expérimenter en profondeur le bonheur de se sentir vivant !

La sophrologie, par cette méthodologie simple à mettre en œuvre et applicable en toute autonomie, permet à la personne victime de violence et/ou d’agression de se reconnecter avec son corps, dans un esprit positif, tout en respectant sa réalité objective, en retrouvant la maîtrise de son schéma corporel et en accueillant les émotions liées à la mémoire cellulaire dans la douceur et la bienveillance, ce qui permet de rétablir progressivement le respect de la dignité de sa vie, et de contribuer ainsi à un mieux-être en profondeur au niveau de sa dimension psycho-corporelle.


Pour aller plus loin, voici des éléments tirés du site officiel SOFROCAY

La Sophrologie Caycédienne est une discipline qui aide chacun à développer une conscience sereine au moyen d’un entraînement personnel basé sur des techniques de relaxation et d’activation du corps et de l’esprit. Elle se fonde sur l’observation et l’étude de la conscience, de la perception corporelle et de la relation corps-esprit, ainsi que leur influence sur le mode de vie. Son objectif est d’aider à renforcer les attitudes et valeurs positives au quotidien, dans le champ professionnel comme personnel, ainsi que de développer les capacités de gestion active du stress et des émotions négatives.

Chaque étape de la Méthode Alfonso Caycedo® a ses objectifs propres et se compose d’une série d’exercices basés sur la concentration, l’imagination et la contemplation.

Certains exercices utilisent les cinq sens pour développer la conscience contemplative, ce qui nous amène à être plus conscients du moment présent.

D’autres techniques utilisent l’imagination pour aider à anticiper positivement le futur et à mettre en valeur les sentiments positifs du passé.

Au cours des séances, la personne va apprendre à devenir plus consciente d’elle-même, à être « sujet » de son corps et de son esprit ; elle prendra peu à peu les rênes de sa vie, en s’éloignant des automatismes et des conditionnements, de la tyrannie du matérialisme et de l’urgence quotidienne.

D’un point de vue corporel, ces exercices réveillent des sensations de vitalité et aident à relâcher les tensions. Ils procurent un sentiment de sérénité, de bien-être physique et mental qui va permettre de sortir de l’état de stress permanent.

Au niveau mental, ils activent la concentration, la lucidité et la créativité de l’individu, lui permettant ainsi d’échapper aux préoccupations quotidiennes.

La pratique régulière aidera à canaliser les émotions négatives et se chargera d’éveiller les émotions positives.

Cet entraînement va tendre progressivement vers la conquête d’une façon différente « d’être dans le monde », vers une mutation de la conscience ordinaire en une conscience harmonieuse et positive. Une existence pleine de vitalité qui se caractérisera par une attitude positive de l’individu, envers lui-même et face au monde environnant.

La Sophrologie est  un entraînement personnel qui s’adresse à toute personne souhaitant mieux se connaitre et développer une conscience sereine et positive : enfants, étudiants, adultes, personnes âgées, mais également dans le cadre de leur pratique, les enseignants, les professionnels de la santé et du monde de l’entreprise, du sport, ou des arts…

On distingue trois champs d’application liés à la qualification de chaque sophrologue et le contexte dans lequel il exerce :

  • Médical et paramédical : pratique destinée et réservée aux médecins, psychologues cliniciens, dentistes, infirmiers, kinésithérapeutes, sages-femmes, orthophonistes, aides-soignants, etc.
  • Social, éducatif et sportif : pratique destinée et réservée aux travailleurs sociaux, éducateurs, enseignants, formateurs, entraineurs sportifs, etc.
  • Préventif : application de la Sophrologie Caycédienne à la gestion du stress ou à l’amélioration de la performance dans des contextes tels que l’entreprise, les organisations, les métiers de la création, etc.

La relation entre le sophrologue et son patient (ou élève) est une relation d’égal à égal, d’adulte à adulte. Le sophrologue est avant tout un guide. Son but est de faire que son patient travaille en toute autonomie, guidé par son propre « ressenti ». Le sophrologue n’interprète pas, il oriente le vécu, et laisse à la conscience du patient le soin de l’organiser lui-même.

La sophrologie n’est pas une thérapie en soi mais il arrive que les professionnels de la santé l’utilisent comme une thérapie, de façon isolée ou bien en complément d’autres thérapies.

La Sophrologie se pratique en tenue de ville ou décontractée, confortable dans tous les cas. Certains exercices se déroulent en position assise, d’autres debout dans un environnement qui doit être agréable mais sans conditions particulières.

Durant la pratique il est important d’éviter tout artifice comme les parfums, le silence absolu, l’obscurité, la musique etc. La sophrologie est une méthode que l’on doit apprendre à pratiquer dans son quotidien et dans une ambiance naturelle et neutre.

La sophrologie étudie la conscience, non l’inconscient, le positif plutôt que le négatif. Elle n’utilise pas l’interprétation comme un diagnostic ou un moyen thérapeutique, mais elle permet que le vécu de chaque personne parle pour elle-même.

C’est un entraînement psycho-physique de la conscience basé sur la perception positive de notre monde intérieur et du monde extérieur.

La sophrologie est apolitique et laïque. Elle n’est liée à aucun courant idéologique ou religieux et respecte les croyances et les opinions de chacun.

Qu’est-ce qu’un sophrologue caycédien ?

Le sophrologue caycédien est un praticien qui accompagne des personnes en individuel ou en groupe pour leur apprendre à optimiser leurs capacités et/ou à s’adapter aux différentes situations auxquelles ils ont à faire face durant leur existence.

Pour ce faire et dans le cadre d’une relation de confiance et d’aide, il s’appuie sur la pratique et la théorie de la Sophrologie Caycédienne, centrées sur le concept de conscience.

L’enseignement du Master Spécialiste en Sophrologie Caycédienne (MSSC) est assuré en Europe par Sofrocay® depuis 1988, qui est la seule formation permettant l’exercice de la Sophrologie Caycédienne.

Le Sophrologue Caycédien est donc titulaire du titre de « Master Spécialiste en Sophrologie Caycédienne » (titre privé andorran). Ce titre est délivré par Sofrocay à toute personne ayant terminé avec succès les trois cycles de la formation.

Le sophrologue caycédien du champ d’application médical et para-médical :

Selon sa capacité à établir un diagnostic (médecin, psychologue clinique, kinésithérapeute, etc.) le praticien pourra, en fonction de son titre universitaire, appliquer la sophrologie soit comme thérapie complémentaire soit comme thérapie unique.

Le sophrologue caycédien du champ d’application social, éducatif et sportif (ou socio-prophylactique) :

Selon sa formation (enseignant, moniteur de sport, coach sportif, etc.), il pourra appliquer la sophrologie à des problématiques liées à l’enseignement ou au sport et ce pour des publics de tout âge et de tout niveau.

Le sophrologue caycédien du champ d’application préventif :

Le sophrologue caycédien spécialisé dans ce domaine applique la Sophrologie Caycédienne à la gestion du stress, au bien-être et au développement personnel ou à l’amélioration de la performance dans des contextes tels que l’entreprise, les organisations, les métiers de la création, etc.

Il accompagne les personnes souhaitant trouver dans la sophrologie un ensemble de techniques et une hygiène de vie leur permettant d’améliorer et d’affronter de façon sereine le stress de la vie quotidienne et/ou professionnelle.

Il n’est pas habilité à établir un diagnostic médical et ne traite pas les maladies, néanmoins, le sophrologue caycédien peut accompagner une personne souffrant d’une pathologie en complément d’un traitement et d’un suivi fait par un médecin et en collaboration avec celui-ci. En cas de doute sur le caractère pathologique de la situation d’une personne le consultant, il l’orientera vers un praticien dûment formé.

Comment travaille-t-il ?

Le Sophrologue Caycédien travaille en cohérence avec sa réalité objective, dans les domaines de la santé, de l’éducation, du sport ou du développement personnel/gestion du stress.

Lors de la première visite, le sophrologue explique les concepts de base de la Sophrologie et met en pratique une première technique de base, soit la « respiration diaphragmatique » (abdominale) ou la Sophronisation de Base (SB).

La SB est une technique de relaxation permettant de centrer notre attention sur notre corps pour ainsi prendre conscience de notre monde intérieur, de nos sentiments, nos pensées, notre état de stress, de nervosité, ou émotionnel.

Chaque séance suivante débute par un retour sur la technique étudiée lors du rendez-vous précédent et pratiquée entre les deux séances afin d’évaluer l’impact ressenti par le patient dans sa vie quotidienne. Cette analyse « vivantielle » permet au sophrologue d’orienter la personne dans sa pratique et d’adapter une nouvelle technique spécifiquement orientée vers les besoins du client.

Publicités