Virginie Peyré, victime de viols pendant 10 ans de 5 à 15 ans par mon frère âgé de six ans de plus a envoyé ce message pour qu’il soit partagé sur le blog :

Je vous lis depuis plusieurs mois et je ressens toute cette détresse et cette angoisse dans les témoignages et les questionnements… Je voulais partager avec vous un message d’espoir…

Après avoir porté plainte deux fois, le parquet de Versailles m’a gentiment déboutée pour des faits déjà prescrits.

Après 10 ans de thérapie avec des hauts et des bas, tout comme nous tout.e.s, j’ai réussi à dire la vérité à mes parents, ma famille… j’avais 38 ans…
Mon deuxième combat commençait en affrontant les maladresses répétitives de ma famille, les questionnements insupportables : « mais pourquoi tu n’as rien dit ? » « pourquoi tu n’as pas dit stop ? » « pourquoi tu en parles maintenant ? »… bref toutes les questions que vous connaissez assurément.

Mon frère a fait d’autres victimes… évidemment… les vrais prédateurs sexuels qui travaillent le plus souvent avec des enfants…

Ma colère était telle que j’ai décidé d’écrire mon histoire… toutes les nuits… enceinte de 7 mois à 42 ans… Je ne voulais pas infliger ma haine et ma colère à mes enfants.
Je raconte ce phénomène de bourreau /victime qui vous enferme dans un silence qui tue, emprisonné par la honte et la culpabilité. Je parle de ma thérapie afin de sortir le poison…

Pendant mon écriture, j’étais accompagnée et encouragée par de nombreux auteurs, victimes également, et notamment par Andrea Bescond, Isabelle Sezionale, Murielle Toy, Mathilde Brasilier ou Adélaïde Bon.
J’ai donné naissance à ma fille une semaine après avoir fini mon livre. Elle m’a laissée finir… je me suis réconciliée avec « la petite fille ».

Maintenant je veux témoigner un maximum. Je vais accompagner l’association Les papillons pour mettre les boîtes aux lettres dans les écoles. Il faut faire un maximum de prévention. C’est un véritable fléau. »

Le livre de Virginie Peyré « La barque noire » vient de sortir !
Voici le résumé : Des mots pour exorciser les maux… les blessures, les douleurs, les traumatismes. Ceux d’une petite fille abusée sexuellement par son frère aîné. À l’âge adulte, Virginie Peyré a poursuivi son combat en justice non seulement pour faire condamner son agresseur, mais aussi pour protéger les enfants face à une telle situation particulièrement traumatisante. Libérer la parole puis libérer les écrits. Lâcher les peurs pour lâcher les mots. Telle est la marque distinctive de ce témoignage à fleur de peau, à fleur de mots. Un véritable cri qui ne laissera personne indifférent. Elle raconte son histoire sans rien éluder. Ni l’incompréhension, ni la peur, ni les doutes, ni même la culpabilité ou l’isolement. Avant la reconstruction progressive… la barque noire après moult tempêtes est quand même arrivée à bon port. Contre vents et marées. Elle vous fait partager cette traversée au fil de cet ouvrage «coup de poing»…