Dans les abîmes du chaos que nous avons vécu, il n’y a pas que la colère, la tristesse, la honte, le désamour, l’empreinte, qui nous semble indélébile, de ce néant qui nous aspire.

J’ai découvert que notre âme sait nous révéler la grâce de toutes ces personnes d’exception, de cœur, qui nous ont tendu la main à un moment de notre vie, et ont été, souvent sans le savoir, nos tuteurs de résilience.

Aujourd’hui, je voudrais rendre hommage à ma cousine, qui s’est occupée de moi avec toute la tendresse d’une mère. Je revois ses yeux, ses mains, ses bras, dans lesquels je pouvais me blottir avec une confiance absolue et l’affection sécurisante d’un amour vrai.

Je t’aime ma Cousinette, de tout mon cœur, merci d’avoir si tendrement pris soin de la petite fille que j’étais. Je t’en suis reconnaissante pour l’éternité et bien plus encore.

Véronique

Publicités