Aujourd’hui j’ai choisi de partager avec VOUS, ceux qui parlent, ceux qui lisent, ceux qui pensent, tous ceux qui sont là, à cet instant, sur ce magnifique blog, ceux qui reviendront, et ceux qui finiront par partager leur histoire ici où ailleurs afin de libérer la parole. L’Union fait la Force !!

Le jeudi 7 mai 2020, j’ai envoyé un message à l’association « Uman Arts Company » (Association qui soutient La Génération qui parle). Il était 23 h 17 exactement et comme quasiment tous les soirs, comme une âme errante, je voguais sur les réseaux sociaux en cherchant une aide, un soutien…pour me sentir moins seule (calmer la petite Isa intérieure de 17 ans surtout !!)

Je ne sais pas si c’est le mot « Company » (comme compagnie de danse) ou le mot « Art » (que j’aime ce mot !!) ou « Uman » (Humanité)… Je ne sais pas lequel de ces mots a résonné dans ma tête, sûrement l’association des trois, mais ça m’a secouée, une claque, un réveil, ce moment où tu te redresses dans ton canapé, où ton cœur s’accélère et que tu envoies un message tout de suite sans réfléchir car tu sais que, si il y a de l’Art dans l’air, alors il y aura une compagnie toute entière de grands cœurs.

J’ai donc choisi de partager avec vous la lettre que j’ai envoyée à Anne Lucie

La voici…

« Chère Anne Lucie,

Par le biais des Chatouilles et d’Andréa Bescond, j’ai découvert votre association et je ne sais pas pourquoi j’ai eu envie de partager mon histoire avec vous car vous m’avez inspirée. Je ne sais pas trop pourquoi mais c’est comme ça !

Je vais peut-être me présenter avant, je m’appelle Isabelle je suis née en 1980 et j’ai fêté mes 40 ans le 21 février (âge que je ne pensais pas atteindre !! Comme quoi !!! La vie est pleine de surprises !!)

Je suis mariée depuis 2004 et j’ai deux enfants de 14 et 10 ans.

Voici mon histoire (en résumé bien évidemment 🙂 … car franchement je vais éviter de rentrer dans les détails…comment dire, c’est un peu long 5 ans de viols et souffrances à raconter.)

Mes parents se sont séparés quand j’avais 15 ans. Ma mère est partie (après 20 ans de mariage) vivre dans un studio avec mon beau-père que je vais nommer la raclure. (Alors qu’elle avait 2 enfants).

En 1997 (l’année de mes 17 ans), je suis partie vivre chez elle et la raclure (mon grand frère s’est installé avec sa copine de l’époque).

La raclure a commencé à me violer environ 2 mois après mon arrivée. Il m’a menacée tout de suite de tout révéler à ma mère si je ne faisais pas ce qu’il voulait. Ayant une relation assez fusionnelle avec ma mère (enfin c’est ce que je pensais à l’époque), je ne me pas voyais lui dire, elle avait tout quitté pour la raclure, ça allait la détruire, j’avais tellement peur de lui.

Donc voilà, pendant 5 longues années, il m’a violée, dans sa voiture, dans la forêt, dans son lit, tous les samedis je devais aller faire les courses avec lui et il me violait dans les toilettes publiques d’une chapelle.

Je n’avais pas le droit de sortir sauf pour aller au lycée et à la danse (Une vraie passionnée ! Ma mère aurait trouvé ça étrange que j’arrête, j’étais en sport études) bref coupée de toute vie sociale. Il me disait même comment m’habiller etc.

J’ai fêté mes 18 ans seule avec ma mère et la raclure.

Il m’a demandé de prendre la pilule, j’ai arrêté la danse alors que je rêvais d’en faire mon métier.

J’ai passé mon DUT en mode sauvage qui n’a pas d’amis, je n’ai fait aucune soirée d’étudiants, je rentrais chez moi la trouille au ventre après les cours.

Je me suis occupée de mon petit frère (fils de la raclure et de ma mère), il est né l’année de mes 18 ans en 1998.

En 2001 j’avais 21 ans. Après avoir obtenu mon DUT, je suis allée travailler chez Décathlon (j’adore le sport). Vu qu’il ne voulait pas que je parte, je n’ai pas pu faire mon école de commerce, et j’ai rencontré mon sauveur, Eric (même si à l’époque il ne le savait pas encore). Donc, nous sommes restés de très bons collègues de travail jusqu’en mai 2002, où il m’a fait sa déclaration.

J’ai pris toutes mes affaires et je suis partie vivre chez lui, une véritable évasion !!

(Je vous passe les détails sinon ça sera trop long à lire). Au moment où je suis partie je n’arrivais plus à manger, j’avais perdu beaucoup de poids.

Après 20 ans de vie cachée derrière un masque – c’est d’actualité, tiens 🙂 – de souffrances, violences, cauchemars en tout genre etc, etc.

Un jour, mon secret a voulu sortir, j’en ai parlé à mon kiné de l’époque qui m’a trouvé ma psychologue (Ma Wonder Woman)

J’ai donc commencé une thérapie hypnose et EMDR depuis janvier 2018. J’ai réussi à en parler à Eric, mon mari (le sauveteur) le 14 février 2019.

Puis à mon grand frère, le 14 février 2020 – oui je sais, toujours la Saint Valentin 🙂

Je souhaite maintenant le dire à ma mère. Et alors que j’étais en pleine réflexion à ce sujet-là (car je sais maintenant qu’elle est complètement défaillante), la raclure m’a envoyé un sms le 11 avril 2020 en plein confinement. Alors que j’avais trouvé le courage en 2017, juste avant de commencer ma thérapie, de lui dire que je ne voulais plus jamais qu’il me contacte. Il a pris de mes nouvelles comme si de rien n’était. Ça m’a fait un mal terrible (j’en ai encore des douleurs dans l’estomac et j’ai comme une barre entre les omoplates. La douleur physique je sais la gérer, mais il a réveillé ma colère, que je calme à coup d’hypnose et d’un peu trop d’alcool à mon goût (mon addiction du soir). 

Depuis ce sms, je ne dors pas trop, je pense beaucoup et je crois qu’il faut que je porte plainte, même si ça m’angoisse beaucoup juste de l’écrire là.

Que me conseillez-vous concernant la révélation à ma mère ? Sachant que j’habite en Martinique et elle en métropole. Et enfin pensez-vous que la plainte changera quelque chose ? Il n’y a pas de preuve, c’est ma parole contre la sienne. C’est compliqué. Je vais devoir en parler à mon père également si je porte plainte, bref…

Voilà, désolée j’ai été trop longue, je pense, mais c’est difficile de raconter mon histoire sans rentrer dans les détails. J’en ai enlevé beaucoup, mais bon je l’ai gardé en moi pendant 20 ans, ce secret, et maintenant, quand j’en parle, y a tout qui sort (merci Stéphanie ma psy :).

Et mes enfants ? Doivent-ils être au courant ??

Je ne vous cache pas que c’est difficile, malgré ma thérapie. Une fois, j’ai compté que je m’étais faite violer minimum 240 fois en 5 ans. J’ai envie de lâcher prise, de me libérer, mais j’ai peur de faire souffrir mon père…mes enfants… J’ai l’impression d’être égoïste si je révèle mon histoire à mes proches. Je sens cette colère en moi qui monte, alors je danse pour me libérer mais c’est là…juste là…tous les jours et je souffre même si je suis habituée, j’en ai marre de tout ça.

Peut être n’allez-vous pas pouvoir m’aider mais juste de vous écrire me fait du bien. J’ai l’impression de me confier à quelqu’un qui sait de quoi je parle et je me sens moins seule.

Merci Anne Lucie de prendre le temps de me lire.

Isabelle, amoureuse de la danse »

Et j’avais raison, là où il y a de l’Art il y a de grands cœurs, Anne Lucie m’a répondu nous avons échangé, discuté, partagé, j’étais complètement submergée par mes émotions, pourquoi cette personne qui ne me connait pas me semble-t-elle si proche de moi ? C’est très perturbant surtout quand on a été brisé et qu’il est difficile de faire confiance aux autres.

Mais cette fois-ci, j’ai envie d’y croire, je la sens, cette onde positive qui me donne envie de sourire à la vie, celle qui va me rendre forte pour prendre soin de ma petite Isa intérieure pour qu’elle n’ait plus peur et que je puisse aller jusqu’au bout de mes choix.

Par ce post, je veux vraiment insister sur l’importance de libérer la parole, si toi qui as lu mon post, tu hésites encore à parler, trouve un interlocuteur (association, blog, amis…) qui te correspond, qui colle à tes valeurs, à tes idées , qui partage une passion et balance ton mot, crache tes douleurs, vide ton sac, bref rejoins La Génération qui parle.

Isabelle
Amoureuse de la danse (et qui souhaite secrètement un jour pouvoir danser avec Anne Lucie & Cie 🙂