Je suis mère de cinq enfants issus de deux mariages :

L’affaire concerne le père de mes deux derniers enfants.

J’ai porté plainte en juin 2007 dans un premier temps contre le père de mes enfants, quand ils étaient petits puis, dans un second temps, contre une dizaine de personnes de la Fédération Française de Voile du sud de la France.

En effet, en avril 2007, mon beau frère de l’époque, accusait mon ex-mari de l’avoir violé dans les années 1970. Il avait 10 ans, et mon ex-mari, 18 ans.

En réaction à cette révélation, mon ex-mari est parti travailler sur une raffinerie flottante de TOTAL en Angola, très contrarié. Aussi, je me suis retrouvée seule avec les enfants, alors âgés de 4 et 2 ans. J’ai eu mon beau frère au téléphone pour qu’il me raconte sa version. Je l’ai cru aussitôt.
Ensuite avec horreur que j’ai écouté mon fils de 4 ans, me dire, un matin au petit déjeuner en pleurant : « Papa, quand il rentre dans la bouche d’Anaëlle, il rentre, il sort, il rentre, il sort, et elle, elle rigole, elle ! » Je lui ai dit « et toi, Timothé ? » Il m’a répondu : « moi, ça ne me fait pas rire, c’est dégoutant, et ça me fait vomir »

J’ai changé la couche de ma fille Anaëlle, je l’ai laissé quelques instants se détendre sur la table à langer. Puis j’ai vu avec horreur une béance anale d’un diamètre de 2 cm !

J’ai téléphoné au 119 qui m’a dit de porter plainte.

Ce que j’ai pu faire le lendemain, à la gendarmerie de mon village.

On est le 1er juin 2007. Et c’est l’enfer qui commence ! J’emmène le même jour les enfants au CHU de Grenoble pour être très vite auscultés. Là, ils repèrent une fissure anale sur Timothé mais rien sur Anaëlle qui reste très crispée.

La plainte dure des heures… Mon ex-mari, à 200 kms des côtes de l’Angola, est fou furieux dans le téléphone satellite du bateau. Il nie pour mon beau-frère, pour nos enfants Timothé et Anaëlle, mais il m’avoue avoir aussi fait un cunnilingus à la fille de son chef, alors âgée de 6 ans dans les années 1980. Je suis morte de trouille à l’idée qu’il rentre ! Et c’est son retour qui est organisé par TOTAL qui ne veut pas d’une émeute sur son site.

Il rentre donc directement mais sur Toulon où vit sa mère. Il y restera 15 jours, jusqu’à ce qu’il soit auditionné à la gendarmerie de notre village et mis en garde à vue. Elle durera 48 heures, à la fin de laquelle, à la question « avez-vous abusé de la petite fille de votre chef ? », il répondra « peut-être ». Ça se termine ainsi.

Afin d’éviter toute cohabitation, je loue un gîte en Isère, où je me cache avec les enfants. Et là, Timothé me raconte ses vacances passées l’été précédent avec son père et ses amis des clubs de voile de la région PACA ! L’horreur encore…

Je n’étais pas présente à ce moment là. Nous sommes en juillet 2006. Anaëlle et Timothé sont partis dans le sud avec leur père, rejoindre ses vieux amis de la voile. Ils auraient campé (sans que je le sache, officiellement ils étaient logés chez leur grand-mère) sur un terrain à proximité de la mer. Là, selon Timothé, les adultes se seraient déguisés en clowns, et auraient violés les enfants, en plus de leurs partouses d’adultes…

Timothé me l’a raconté avec ses mots d’enfant de 4 ans. Mais j’ai très vite compris que la situation était plus grave : le père n’était pas tout seul dans l’affaire !

Je suis allée acheter un ordinateur et une imprimante, et j’ai fait un courrier de 14 pages au procureur de Valence, car le gendarme de mon village ne voulait pas m’entendre pour la poursuite de la plainte.

Timothé a été auditionné sous caméra (procédure Amélie). Il a eu droit comme sa sœur à un touché rectal… Mais comme je le dirai souvent, dans la bouche, ça ne se voit pas !

Très contrariée de mon côté, Anaëlle et Timothé étaient infernaux ! En plus de la varicelle qu’ils avaient attrapée tous les deux, Timothé hurlait tout le temps, et se roulait par terre en arrachant des touffes d’herbes… J’ai appelé alors le 15 pour demander de l’aide, qui m’a été refusée. J’ai eu le malheur de leur dire : « faut-il que je me jette du premier étage au risque de me casser une jambe, pour avoir du secours ? ». Cela c’est transformé dans le dossier : « Madame est suicidaire et menace de se jeter des falaises du Vercors avec les enfants. On est le 14 juillet 2007.

Le 16 juillet 2007, les enfants sont placés en foyer à Bourg les valence, sur ordre du Procureur. Le juge des enfants est saisi en même temps que l’instruction démarre. A l’audience, il dira : « soit vous dites la vérité et c’est très grave, soit vous avez manipulé, instrumentalisé et privé de discernements vos enfants, et c’est très grave aussi ».

Ils resteront 6 mois en foyer, puis 6 ans en famille d’accueil.

J’ai perdu en première instance et en appel.

Le père récupèrera la garde principale des enfants en 2014, année où je serai enfin divorcé de cet individu mal sain, après 50 000€ de dépenses d’avocats…

Le fichier que mon ex-mari a effacé de son ordinateur alors qu’il était sur Toulon à son retour d’Angola, n’a jamais été retrouvé par l’informaticien de la brigade de gendarmerie de Valence ! Il l’avait enregistré sous le nom d’ « Emilie nue ». Je ne connais pas d’Emilie…

La maison a été aussi perquisitionnée. Rien n’a été trouvé, sauf des DVD pornographiques qu’il avait achetés en amont, pour me faire passer pour une folle de sexe. Il disait, que puisque ce n’était pas lui qui avait violé les enfants, cela ne pouvait être que moi ! Il avait peur que les symptômes physiques des enfants soient pris en compte. Mais c’était inutile car il a été décrété que les fissures anales de Timothé, étaient certainement dues à de la constipation, et que la béance anale d’Anaëlle, était due à une malformation génétique. Ils ont pensé aussi pour elle, à une allergie au gluten, alors qu’elle était en diarrhées chroniques au foyer.

Bref, il y aurait tant de choses à dire encore sur cette triste affaire !

En tout cas, tous ces gens naviguent librement à bord de leurs voiliers : aucun n’a été inquiété…

Je suis passée pour une folle bipolaire, qui aurait pris peur en apprenant que son mari était pédophile ! Fait prescrit qu’il a reconnu a minima en garde à vue.

Donc, s’il est déclaré pédophile, comment cela se fait-il qu’il ait obtenu la garde principale des enfants ? Et pourquoi un vieil homme de mon village, intégré politiquement mais décédé depuis, m’a-t-il dit : « ma pauvre petite, dans quelle misère vous vous êtes mise ! Ils ne veulent pas d’une « affaire Outreau » à Valence »…

Voilà voilà…

Anonyme

Publicités