Le réflexe du doute… Un réflexe de survie ?

Même la victime l’a, ce réflexe… Douter de son ressenti, des flashs qui reviennent (enfin) à sa mémoire. Et si elle avait inventé, et si on lui avait fait croire…

Et, un jour, elle trouve enfin le courage d’oser le dire… Et là, sortie de son déni, elle se confronte à celui des autres, encore et encore…

« Mais c’est dingue que tu n’aies pas de souvenirs précis, mais quand as-tu été seule avec cette personne ? »… Tellement c’est moche, il parait plus simple d’expliquer les raisons pour lesquelles cela n’a pas pu arriver, de rationaliser la réalité. Ben oui ! Toucher un enfant, le violer même ! C’est tout, sauf rationnel ! Et accepter que ce soit arrivé à notre enfant, c’est juste pas concevable… au point qu’il peut paraître plus confortable d’imaginer qu’il ment, qu’il s’est trouvé une autre excuse pour justifier ses « mauvaises » conduites du moment, qu’on lui a bourré la tête avec de fausses vérités.

Nous savons, dans notre for intérieur il y a la réponse… Ecoutons.
Nous devons commencer par nous croire nous-mêmes pour entamer le chemin de la reconstruction, alors, sur notre chemin de vie, nous croiserons ceux qui feront le choix de nous croire.

Anne Lucie

Publicités