Liber-tango


Lui, qui fane toutes les fleurs

Tarit toutes les sources

Assombrit tous les chants

Et éteint toute musique


Lui, qui traque les guerrières

Étrangle les conteuses

Mutile les guérisseuses

Et avorte les mères


Lui, que la douceur effraie

Que la joie indispose

Que la beauté rend laid

Que l’innocence insulte


Lui, qui assèche tous les cœurs

Et glace toutes les veines


Lui, dont l’amitié est la fissure

Et l’amour la rature


Lui, prince des Marécages

Maitre des esclaves

Empereur des eunuques

Souverain sans Empire


Moi, je lui lègue, à lui

Les règles de l’ennemi

La lumière de la nuit

Le Royaume de l’ennui


Que la fadeur soit son cercueil

La laideur son linceul

Et la froideur son tombeau


Moi, sur son tombeau

Je viendrai y danser

Une valse endiablée


Et mes amies et mes sœurs

Attirées par son écho

Viendront m’y retrouver

Pour un liber-tango


Agnès