Il y a mes quelques souvenirs (je ne me rappelle de pratiquement rien de ce qui s’est passé avant mes 7 ans) et des choses que j’ai lues dans les rapports de police/tribunal me concernant.

Ma mère m’a eue a 18 ans, mon géniteur (26 ans) était alcoolique, suicidaire, se droguait et trompait ma mère (j’ai une demi-sœur, d’1 an de plus que moi, qu’il a conçue avec une autre femme pendant qu’il était avec ma mère).

J’ai été violée par le demi-frère de mon père à l’âge de 2/3 ans jusqu’à mes 6 ans, je ne me rappelle plus très bien. Ça s’est passé à plusieurs reprises, pendant les vacances où j’étais chez mes grands parents (il vivait encore avec ses parents. Je me souviens surtout d’une fois où il m’a dit que, si je le disais, il allait taper mon grand père (son beau père, que j’adorais).

Mon géniteur m’a violée quand j’avais entre deux et trois ans (une seule fois), c’est moi qui lui ai fait une fellation (suite aux fellations que mon oncle me forçait à lui faire), il ne m’a pas arrêtée. C’est un souvenir que j’ai toujours eu, mais je me disais que j’étais folle, malheureusement c’est bien arrivé car je me souviens de la pièce où ça s’est passé et ma mère m’a confirmé que la pièce était bien comme ça.

J’ai aussi subi des attouchements de la part de mon cousin paternel, âgé de 6 ans ou 7 ans de plus que moi, mais il s’est fait rappeler à l’ordre après que je l’ai signalé à sa mère (je ne savais pas vraiment si c’était normal ou pas)

Vers l’âge de 6 ans, j’ai déménagé loin d’eux avec ma mère, mon géniteur et mes grands parents maternels. J’ai tout révélé à l’âge de 7 ans. J’ai donc dû aller à la gendarmerie avec ma mère, j’ai fait un examen gynécologique, un témoignage, et elle a porté plainte contre x car elle me croyait, mais ne pouvait pas croire que ce soit lui. Bien évidemment la famille paternelle n’a rien voulu savoir. J’ai dû consulter une psy mais je ne me souviens plus trop de cette période. L’oncle en question n’a jamais été en prison car il n’y avait pas de preuves.

Ma mère s’est séparée de mon géniteur quand j’avais 7,5 ans car elle et ma grand mère maternelle ont découvert qu’il avait une relation avec la sœur de ma mère, qui était âgée de 16 ans (les relations ont commencé quand elle en avait 12). Il était amoureux d’elle, et la forçait à coucher avec lui et se tailladait les veines si elle avait le malheur d’avoir un amoureux à l’école. Il lui faisait également du chantage en lui disant que si elle disait tout et ne voulait pas continuer, je me retrouverais sans père.
Ce co…. n’a jamais été en prison non plus et les gendarmes ont traité ma tante de Sa…. et de briseuse de couple !!!

Après la séparation, ma mère s’est mariée avec mon beau-père que je considère comme mon père.

J’ai 10 ans quand le frère de mon beau-père, mon oncle par alliance donc, me montre un film pornographique sans aucune raison.

Passage au collège = soulagement.

Tout aurait pu aller bien dans le meilleur des mondes, sauf qu’à 14 ans j’ai fait une tentative de suicide en voulant m’étrangler avec une ceinture. Au moment où je commençais à ne plus avoir de souffle et à avoir des vertiges, j’ai arrêté en pensant à ma famille. Je l’ai dit à ma mère après qu’elle m’ait questionné sur le fait que je portais un col roulé. Je me suis fait engueuler et on en a plus parlé.
J’ai réessayé 1 semaine plus tard mais moins intensément et je me suis dit que j’étais stupide car je ne comprenais pas la nature d’un tel acte.

Entrée au lycée, la seconde se passe mal, je n’ai pas d’amis et je pleure tous les soirs dans le car et à la maison. Je deviens boulimique vomitive (conséquence des abus) mais personne ne s’en rend compte.
En première et en terminale tout va « bien », j’ai des amis mais je suis toujours boulimique et ma mère s’en rend compte (à la fin de ma première). On en parle à mon médecin et elle me conseille de me faire suivre, ce qui durera 1 an (petite anecdote, la psy du CMP est la même que celle que j’ai vue quand j’étais petite).

En terminale (février) je fais une autre TS en avalant des médicaments et je laisse un petit mot à mes parents. J’attends un petit moment, me rends compte de ma connerie et me fais vomir. Mes parents et ma sœur rentrent et voient que je suis fatiguée. Ils tombent sur ma lettre et je me fais engueuler (ma mère me dit que je leur pourris la vie). On en parle plus mais ils ne veulent plus que je reste seule à la maison.

En avril (toujours en terminale) je rencontre celui qui est mon mari à présent (j’ai 27 ans maintenant). J’arrête ma boulimie comme par magie.

À l’âge de 21 ans, j’ai subi une agression sexuelle de la part du frère de ma mère et il nie les faits.

Je m’auto-mutile depuis 2013, et que je suis en clinique psychiatrique pour la 3ème fois depuis l’année dernière, après 3 tentatives de suicides ratées…

Priscilla

Publicités