Si j’essaye de me souvenir à partir de quand j’ai commencé à chercher, je crois que ça a commencé autour de mes 25 ans quand je souffrais de crises d’aérophagie.
A ce moment-là, j’ai fait des examens médicaux, coloscopie, fibroscopie, pour vérifier qu’il n’y avait aucun problème et le médecin m’a dit :
« Vous n’avez rien, vous êtes seulement angoissée, il faut prendre des calmants »…
Euh… Il était hors de question qu’à 25 ans je me mette sous cachetons, je crois que c’est là que je me suis dit qu’il fallait trouver une réponse et avec le recul, je m’aperçois que la réponse je l’ai eue assez vite, encore aurait-il fallu pouvoir l’entendre.
Et, oui… « tomber » sur un thérapeute compétent qui vous aide à entendre ce que vous vous dites, et ça c’est une autre histoire !

J’ai environ 30 ans, c’est ma première séance chez un psychiatre à Paris. On fait connaissance, enfin… il me pose les questions de base.
Les relations avec ma mère, mon père… et là je lui réponds : « Avec mon père c’est sain, je pense, parce qu’il m’a toujours dit qu’il n’avait pas envie de coucher avec moi » et là, il me regarde, tout content d’avoir compris si vite quelque chose « Sauf que votre père, en vous disant cela, vous exprime exactement l’inverse. Au contraire, il revendique le fait de vouloir vous faire l’amour. Le cerveau n’entend pas la négation. Et donc votre inconscient a bien compris cela, son désir. »
J’avais rdv dans un café en sortant avec ma meilleure amie, je lui raconte tout cela, je suis sous le choc, on plaisante même sur cette claque que je viens de me prendre dans la tronche !
Mon père a envie de coucher avec moi !

Alors, me sont revenus des « petits » souvenirs où il avait peut-être eu des gestes qui m’auraient mise mal à l’aise. Comme la fois où on achetait un jean…
Je dois avoir dans les 11/12 ans (je fais 13/14 ans), nous sommes dans un magasin de vêtements, je sors de la cabine d’essayage avec un nouveau jean sur moi, assez près du corps, j’ai super envie de le prendre car il est à la mode ! C’était lors d’une de ces époques où les pantalons hyper slim étaient en vogue…
Je me souviens que je reprenais à la main les coutures de mes pantalons pour que cela soit bien serré jusqu’à la cheville, à en avoir du mal à passer le pied dedans !
Donc, forcément, là, mon père me dit que c’est trop serré, et moi je lui dis que non.
« Mais si, je suis certain que la couture centrale te rentre dans le sexe en plus »
« Mais non je te dis, je suis bien dedans »
« Mais si, fais voir » et là, pas le temps de dire « ouf » qu’il a ses doigts contre mon sexe, il essaye de tenir la couture entre ces doigts pour voir combien le tissu est proche ou pas de mon pubis, il farfouille pour attraper cette fichue couture.
Je suis gênée, nous sommes là au milieu du magasin, juste devant une glace et mon regard croise celui d’une femme qui voit la scène et qui hallucine… mais qui ne réagit pas pour autant.

Mais ce n’est pas encore à ce moment-là que l’amnésie traumatique s’est levée… Parce qu’imaginer que mon père a, éventuellement, eu envie de coucher avec moi, ça ne veut pas dire qu’il est passé à l’acte…

Il faudra attendre encore 16 ans…

Comme des petits cailloux sur le chemin du Petit Poucet, telles des bulles de savon qui éclatent, ces flashs nous guident jusqu’à la vérité, jusqu’à ce que nous soyons prêts à tenir debout malgré l’impensable…

Anne Lucie

Publicités