A la veille de ce 12 janvier où nos députés auront à prendre la décision de permettre à toutes les victimes de pédophilie d’avoir une chance d’être reconnues, je tenais à partager avec vous combien, quoiqu’il arrive, je suis persuadée que nous avons la force de faire en sorte que la peur change de camp.

Le blog, «  La génération qui parle », continue d’être diffusé, partagé, et, après moins de 3 jours, déjà plus 1500 visites, et chaque jour, de nouveaux témoignages arrivent…

En lisant ces précieux récits, les mots qui me viennent sont « Courage » et « Force »… Car, au-delà de l’horreur contée et malgré la peur toujours logée dans le ventre, des années après encore… on ressent à quel point le « pouvoir » est en fait du côté des victimes !

Imaginez, si individuellement, tous et toutes, nous dépassons le manque de confiance et la honte que ces « bourreaux » ont déposés en nous, si nous décidons de rompre notre silence, qui de fait les « protège », que la loi change ou pas dans l’immédiat, que les députés aient le courage d’agir dans le bon sens ou pas, il est évident que le seul fait de dire les choses protégera les futures générations et libèrera la vie des « survivants ».

Evidemment, il faut que les lois évoluent et sanctionnent, sans restriction, ceux qui volent l’innocence de leur(s) victime(s) !

En lisant tous vos messages, je l’ai entendu, compris, dans mon cœur et dans ma chair. Cette violence que nous avons subie, qui nous donne l’impression d’être sale, coupable, a en fait le pouvoir de se transformer en une force invincible, surtout si nous agissons ensemble !

Ce blog n’a pas d’autre mission que de contribuer à rassembler et à faire rayonner cette force, car c’est en prenant appui sur notre lumière intérieure, et non sur notre peur, que nous gagnerons, chacun, tous… et que nous créerons les conditions pour qu’ils/elles reçoivent notre message :

« Les enfants que tu veux toucher, dont tu veux abuser, dont tu auras envie de voler l’innocence ont désormais appris à parler. Le silence n’existe plus. Si malgré tout tu passes à l’action, alors c’est ta vie qui va être détruite et non la nôtre, car nous ne tairons aucun détail de ta barbarie et tu seras obligé(e) de vivre avec le monstre que tu es devenu(e) »

Ne sous-estimons pas le pouvoir de la foule, du peuple, revenons au sens du mot démocratie : « souveraineté du peuple » et si demain les députés n’accomplissent pas leur mission de protection, nous obtiendrons notre victoire par les mots jusqu’à chasser de l’ADN de notre humanité le non respect de la vie et de l’innocence !

Dès maintenant partagez le blog ! Likez la page Facebook !

Que la Force soit avec nous ! 🙂

Anne Lucie

Publicités