Le vortex

Tourner le dos au vortex de l’innommable.

Tenter d’aligner cœur, conscience, comme le seul axe de dignité qui ne peut ni être abimé ni détruit.

Tourner le dos à ce vortex où ceux qui ont choisi l’ombre comme unique destin se perdent.

Faire ce choix qui change la direction empruntée par mes pas et me libère de l’emprise.

Le choix de retrouver le lac d’amour étale d’une vie qui se régénère en paix.

Je vis en boitant sans renoncer au goût d’un équilibre possible qui surfe sur les vagues agitées des moments douloureux.

Je restaure ce monde que je n’ai pas pu explorer librement.

Il est comme neuf devant moi.

Dans mes mains court une énergie qui n’a pas assez vécue. Elle n’abandonne pas et me sollicite.

La douceur d’un amour inconditionnel transfuse mon sang, comme un goutte-à-goutte de fluide sans passé.

Une nouvelle page s’ouvre comme une première neige d’un début d’hiver, comme l’aube d’un premier matin du monde.

Elle me surprend si je veux bien qu’elle me conduise sans que je n’en sache rien.

Cette vie qui ne lâche rien de ce qui doit être juste, reconnu, mis en lumière et cautérisé.

Elle m’entraine encore dans le fond afin d’assainir, à travers moi, la vase décomposée qui obstrue le fond animé d’un océan perpétuel et sans âge.

Je me rêve comme un aigle qui perçoit l’horizon vaste et lumineux lorsque me ronge la douleur et m’aide à sentir autrement ce que je vis.

C’est alors que « l’après » dessine une trajectoire juste et libératrice.

 

Anne Fernandes

Anne Fernandes est l’auteur du livre « De lettres à l’être », que vous pouvez vous procurer ICI et  ICI. Vous pouvez découvrir ICI son interview audio sur ce blog. C’est avec plaisir que nous accueillions ces textes sur le blog, dans la rubrique « L’Or des cicatrices »
Illustration : Anne Fernandes