De l’or pour cicatriser ces marques indélébiles en nous qui ainsi se transforment en lumière précieuse.

De l’or pour lier entre eux les morceaux épars de nos mémoires atomisées par l’impossible souffrance, par l’impensable effraction.

Notre esprit ne peut pas intégrer le monstrueux sans se désintégrer justement.

Nos cicatrices ressemblent à l’art japonais du Kintsugi qui répare les poteries, faïences, objets brisés non pas en faisant disparaitre l’histoire des fêlures aussi nombreuses soient-elles, mais en les magnifiant d’un filet d’or à 24 carats.

Avec le temps nous réparons avec splendeur nos douleurs et ressentons en nous la force de la dignité.

Cette dignité dont nos agresseurs n’ont pas la moindre idée.

Dans les pires circonstances, l’être humain réussit à ne pas perdre, comme nous, cette dignité.

Elle est notre alliée. Les violeurs n’ont pas pu la piétiner même quand ils ont tout fait pour.

Elle est un cadeau quand nous naissons, quelque soit ce qu’ils/elles nous aurons fait subir.

Nos anciennes terreurs deviennent traces de lumière que d’autres blessés qui cheminent, peuvent apercevoir comme un phare au loin, un repère dans la tempête.

Nous ne les cacherons pas.

Qu’elles servent maintenant.

Qu’elles puissent éclairer les sentiers boueux pour gagner la rive d’une vie apaisée.

Les blessures se révèlent petit à petit, c’est si dur mais elles finissent par nous rendre à la beauté du monde.

Offrir à nos histoires, nos corps et nos âmes, la conquête de nos vies en traversant le désastre pour trouver l’Or.

Par cet Or qui nous cicatrise nous affichons nos fiertés de survivantes redevenues vivantes.

Que le rayonnement de ce minéral si précieux éblouisse les prédateurs, les laissant, aveugles, dans le sordide de leur existence.

Nous choisissons de parler, d’aimer, de rire et de vivre !

Ces cicatrices d’or, aimons-les comme l’ouvrage unique d’un artisan d’art, patient et méticuleux

Elles sont signe de nos forces, de notre résilience, de notre refus de plier en révélant ce qui est juste.

Elles racontent à l’Univers que nous avons gagné et entrainerons nos petits frères et sœurs à revivre aussi !

De l’Or pour nous relier toutes et tous.

Anne Fernandes

Anne Fernandes est l’auteur du livre De lettres à l’être. Vous pouvez découvrir ICI son interview audio sur ce blog. C’est avec plaisir que nous accueillions ces textes sur le blog, dans la rubrique « L’Or des cicatrices »